Le Mariage 5/6

keep-calm-and-eat-extasy

Image de prévisualisation YouTube

Post bouche-trou

Alors. Je vous propose un petit jeu de mots sur la notion d’éducation.

Élève : Un élève est, typiquement, une personne (le plus souvent jeune, du moins pour l’exemple) dont une personne plus expérimentée, dite Maître(-sse) s’approprie une partie du temps afin de lui enseigner certaines connaissances. Très simple jusqu’ici.
Disciple : Le disciple est différent puisqu’il s’agit d’une personne qui apprend de façon passive, au contact de son Maître, et qui ne fait pas vraiment rien de plus que de rester auprès de celui-ci jusqu’à ce qu’il ou elle estime que le disciple a atteint un niveau suffisant. Il apprend donc de façon passive en côtoyant son Maître.
Apprenti : Un « apprenti » est encore une autre chose, puisque l’apprenti, typiquement, n’apprend auprès de personne, dans le sens où une fois sa formation terminée, il devient autonome et peut donc prétendre s’être « auto-forgé ». On parle alors d’un apprenti ou d’un apprentissage. (La place du maître n’est pas tenue).
Pupille : Un ou une pupille, enfin, se distingue par le fait qu’il ou elle sert d’exemple et est donc, quelque part une personne ayant une certaine apparence « publique », ce qui est plutôt rare pour un élève en général. Afin de servir d’exemple aux autres. Exemple : les Pupilles de la Nation.

Voilà, c’est tout ! J’oublie sûrement des synonymes ! Juste pour vous faire partager toujours un peu plus l’une des mes autres passions : les langues et voies d’expression !

Le Mariage 4/6

Et ce n’était pas l’amour. Nous espérons que votre voyage n’a pas été trop difficile.

ENIGMATIC

 

Image de prévisualisation YouTube

Le Point final (Magic : the Gathering)

magic-the-gathering-war-elephant-light-p9445-25711_medium

Where do you start ?

Bien sûr, on était là surtout pour l’anniversaire… Ce fameux anniversaire… Mais franchement, on commence où ? Quelques repères historiques.

Quinzième siècle, la découverte d’un nouveau continent… America. 700 ans plus tard, on est toujours là… « Tu crois que tu vis dans un système qui te ment ? Dans un système qui t’exploite et qui veut ta mort ? »…

Au sortir de la deuxième guerre mondiale, ils ont fait un film : Autant en emporte le vent. Il paraît que c’est là que nous nous rencontrâmes.

Mais surtout pour parler d’elle, autour d’un événement historique moins tendancieux, et qui est le début de son existence à elle : la Révolution Française, à la toute fin du 18ème siècle, acta officiellement la fin de quelque chose : les monarchies. Désormais, le pouvoir n’était plus détenu par des Rois et des Reines, mais par des gens plus ordinaires, des clubs ou des lobbys, bref, des groupes plus populaires, plus proches des gens. Je développerai quand possible.

De la venue du Christ jusqu’à la Shoah, nous ne sommes que des protagonistes, pas des instigateurs, en tout cas.

art_vivalavida

Et donc c’est assez représentatif de ce qu’il s’est passé si je dis ça… Soit donner leur vraie place à des gens qui sont là tout le temps, qui ont prouvé leur… allégeance ? utilité ? engagement ? Bref, mais qui sont pas dans les secrets d’arcanes vraiment. Donc Lucie est l’exemple de ça.

Le désir de vivre

Image de prévisualisation YouTube

Tout est artificiel ici.

untitled

R-51838-1127312363.jpegon était des quakers.

Sashi…

Sashi...
Album : Sashi...
Old as the family.
12 images
Voir l'album

Japon préféodal, XVème siècle…

Allant à l’encontre de la tradition, un jeune homme a quitté son village non pas pour rejoindre une cité plus grande ou un monastère, mais en solitaire. Poussé par le goût de l’aventure, du défi ou pour une autre raison que lui seul connait… Ou encore lassé des conflits intra-communautaires et intra-familiaux, peu importe… Son nom ? Shei.

Ses pas l’ont mené aux portes d’un village, en bordure de forêt, un village qui l’attire comme un rêve. Ici, les gens sont en train de mettre au point un nouveau type de vie en communauté. En quelques mots, le village, comptant à peine une quarantaine d’habitants, compte un couple, mais la place du chef, comme celle du père, de la mère, n’est attribué à personne en particulier. La maison centrale abrite le foyer de vie essentiel. En dehors de cela, la communauté pratique les règles ordinaires, ne tolérant ni la tromperie ni l’inceste et très rarement les duels. Invité à se restaurer, Shei s’émerveille à la vue des enfants, qui vivent la vie des esprits sans aucune contrainte physique. Il y a de quoi être fier.

Évidemment, être accepté au sein du village ne sera pas si facile que de le demander. Shei se voit promettre la main de l’une des filles, à une condition : rendre possible cette utopie. Et la tâche est ample, car il ne s’agit pas seulement d’exporter ce modèle, mais également de le protéger, c’est à dire de tenir à l’écart les curieux, les intrus prêts à mettre leur grain de sel ou proposer leurs « améliorations » et surtout les propriétaires terriens. Shei accepte cette tâche, convaincu par ce qu’il voit, étudiant longuement le projet auprès de ses nouveaux amis et conscient de sa propre puissance. Il apparaît déjà clairement pour lui qu’il ne va pas s’agir de discussions mais bel et bien d’un engagement total, quite à défier les autorités. En bref : emporter avec lui tout ce qui pourra porter atteinte à l’utopie. En occident, on appelle cela un Samuël légendaire, tel Jésus. Il aspire à la tâche, mais bien plus encore à la promesse qui lui est faite. Sa quête peut commencer.

Voyageant à travers la campagne japonaise, il cherche les lieux propices à la propagation de l’utopie, engage le contact avec les volontaires, puis poursuit sa route. Elle est encore fragile, et les volontaires nombreux, mais le principe de discrétion qu’ils ont choisi le pousse à devenir un renégat, toujours en fuite des autorités, et surtout des propriétaires terriens pleins de convoitise. Plus tard, il prend le nom de Kazuo, un samouraï célèbre de l’époque, toujours suivant ce principe. Mais alors que Kazuo se fait un nom, lui affronte un adversaire redoutable, sous la forme d’esprits vivant dans les arbres, qu’il assimile aux propriétaires terriens. Ces esprits, il les combattit longtemps… La légende fait mal la part de ce qui se passa ensuite. Au fil des ans, Shei / Kazuo commença à se rendre compte que sa vie devenait un combat permanent ; plus l’utopie prenait forme, plus les propriétaires terriens devenaient avides, allant jusqu’à lancer des forces armées à sa suite…

Pendant ce temps, quelque part en Europe, une famille se voyait remettre la propriété du nom de famille Titonel…

Sa vie fut longue, entremêlée à celle de la vie politique (et militaire) du Japon, et notamment ponctuée par ce combat prolongé contre les esprits des arbres. Il devint célèbre, par exemple, pour avoir passé un hiver entier sans autre nourriture que la neige et des racines, sans doute une condition pour être intégré à l’utopie. Sa vie n’avait plus guère d’intérêt pour lui-même, gagnant de l’âge, conscient du fait que son combat ne pouvait que gagner en proportions en fonction de ses victoires, il ne lui restait que ses rêves pour se sustenter ; ainsi il consentit au mariage de sa promise. Toutefois, il pouvait s’estimer victorieux dans son solitaire combat et l’utopie était à la fois protégée et intégrée au sein du système japonais lorsque, âgé de plus de 40 ou 50 ans, il s’effondra sur une plage de la côte Est pour y finir sa vie… Pour y finir sa vie mais pas pour y terminer son existence. De nombreux récits, plus ou moins précis, plus ou moins enrichis, mentionnent Shei et son combat. Une anecdote intéressante raconte comment lorsque son avatar Kazuo périt au combat, il se trouva lui-même incapable dès lors de combattre, que ce soit humains ou esprits. Cette anecdote réjouit le cœur de sa promise, qui l’attendait encore malgré tout.

Il faut savoir que Shei avait suivi la formation complète des samouraïs et adhéré à tous les principes de l’honneur. Comme chacun sait, les samouraïs, qui portaient jupes (kimonos) et cheveux longs étaient particulièrement concernés par la notion d’âme, qui fait encore partie de la culture japonaise aujourd’hui, comme elle fait partie de la culture chrétienne. Ce n’est donc pas par hasard que lorsque vint l’Aube, les gardiens japonais s’empressèrent de s’installer en Occident afin d’y apporter tout leur savoir et toute leur aide. Ce détail, évidemment, ne mérite pas une chronique. Or, qui dit Âme dit bien souvent réincarnation, et Shei dans sa vieillesse avait acquis cette notion, ce qui rendit sa mort plus douce. Je n’insiste pas sur la dureté de sa vie et son sens du combat qui était devenu célèbre, car il faudrait pour ce faire s’en remettre aux enseignements de Maître Jigorō Kanō, ce qui serait une bien plus sage et logique décision. Encore une fois, Shei était mû par la passion, l’amour et son engagement, et sa vie heurta aussi bien les rêves que la politique. Le réduire au rang de simple samouraï serait presque une insulte.

C’est lors de sa troisième incarnation que Shei put enfin choper. Son âme avait migré vers la Chine, dans une région proche de la Thaïlande, mais son amour et ses aspirations allaient toujours, et plus que jamais dans le même sens. La Chine était un lieu qui, déjà, évoquait la prospérité, mais sa récompense fut bien plus grande que ce qu’il commençait déjà à espérer. Ses pieds l’emmenèrent, alors jeune homme, jusque dans une vallée isolée et lacustre dont les photos ci-dessus évoquent précisément l’atmosphère. Dans cette vallée, il fit la rencontre d’une jeune femme, d’apparence pure et innocente, au regard et aux paroles familières au point d’éveiller en lui un amour spontané. Quel était son nom ? Sashi… Sashi ? À ce mot, les souvenirs firent éruption dans l’esprit encore immature de la troisième incarnation de Shei. No commentaire…

Leur histoire d’amour commença là, véritablement, et perdura jusqu’à aujourd’hui sans connaître de fin. Leurs âmes immortelles instaura ce modèle social comme valide et on les aperçut ensuite de par le monde, en Afrique, en Italie, en Colombie, Mongolie… Ils prirent part à de nombreux projets, toujours avec discrétion, humilité et engagement, toujours mûs par l’amour et la bénévolence, parfois dans des cas extrêmes, mais surtout toujours unis par leur passion amoureuse. Lorsque vint l’Aube, on entendit encore une fois parler d’eux.

Sashi avait pris le nom de Noriko…

Image de prévisualisation YouTubePour Jésus ; Pour la Grâce ; Pour les Allanore. Dans vos mains sommes-nous. Entièrement dévoués à tous vos desseins et ne sommes sauvés que dans vos mains seulement. Que vos corps amaigris et pelés régénèrent leurs blessures. Que vos paroles atteignent tout un chacun comme il se doit.

« Iceberg »

PNH356903

Story time.

- You want to know the story ?
- They killed his wife right in front of him, that’s what.
- Who ?
- Interpol.
- Why ? What happened ?
- The reasons are unknown, though he claimed all along that it was purely jealousy. No one got to get the whole point, it seems.
- So they are really wizards, I guess.
- I guess so, too.
- Why do they call him Iceberg ?
- Because once melt, there is no returning.
- He’s your best friend…?
- Love is only a word, and all I can do is pray to God that it stays that way.
- You guys are real fucked up.
- I’d be glad to tell you more.
- I’d be glad to stop talking now.
.

- What was the last thing he said ?
- « She’s still alive… »
- And you ?
- « It’s one of the most clever persons in the world. »
- That’s so sexxxxxxxxy.
- Sexxxxy enough.
- Let’s put it that way… Do you like Joan of Arc ? You surely do.
- Imagine a son of Pope John Paul II.
- Ah, I can… The more I try, the weirdest the feeling. Like… he betrayed us all… Stop now.
- That’s what you gotta picture…
- What about Joan of Arc ? Are you another of those Milla Jovovich fans ?!
- Besides Leif Erikson and stuff. Back in the days, things where different and it could happen that a woman would decide to have « no other husband but the Pope », the Pope was more involved in politics then, today you’d only say that about Jesus. According to the myth – don’t let me commit no blasphemy – Joan of Arc prayed for her only wish. She was 15 or 16 then*. To her surprise, she soon received a positive answer… t’was possible to become « officially » the Pope’s wife*. A ceremony occured and they were fused together. The rest is History.

* J’en perd mon latin… Which means I am probably making a mistake. Because I can’t explain what is true and what is fiction in all of this (and what good or evil would come out of this), and I sure don’t want to be messing with the Church. According to some readings I consulted, the Pope and the Council had to answer that question of women desiring to become entirely dedicated to the Pope, many were the women having such a wish back then. After careful study of the matter, they decided that this wish was legitimate and could, and should, be granted with a positive answer. To make an example of that, the Pope chose Joan of Arc to be an example of that. However, the decision was uneasy in many aspects and the final Judgment had to be in the Hands of Gods and only. So Joan of Arc became an example of a woman with that desire and a positive answer about it, for all women with such a wish. That’s what isn’t said in the History Books. These readings, however, don’t say if it’s still possible today to be answered positively when having such a wish, but I believe it is possible, if having such a wish, to be the Wife of Jesus and no other man entirely. Please correct me if I’m wrong, since to me that is only fiction. However, I can think of Jean Paul Rouge or Benoît Poelvoorde and I believe that is what they are. After all, Men of Church aren’t called « Father » and « Mother » without reason, and also, you will never stop running into us when calling a Church Man a « loser » and a « sub-human » like you do.

Le Mariage, part. 3/6

Le MJ a toujours raison…

Quelque chose à ajouter ?

Manu Larcenet, from the Fluide Glacial team, Kataned & Google-ed :

larcenet

Réponse de l’intéressée…

Alexia Estay, maîtresse d’école communiste et sans culotte :

alexia maitresse decole sans culotte et communiste

Ça vous parle ?

Le passé est le passé…

123456
  • août 2017
    L Ma Me J V S D
    « juin    
     123456
    78910111213
    14151617181920
    21222324252627
    28293031  

La femme libérée |
H0megirls |
Leboisetmoi |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Cacapes
| Mesrevesmescauchemars
| Chez JEANNE